Qui sont les chrétiens de Rome que Paul salue en Romains 16

En conclusion de son Epître aux Romains, comme de ses autres Epîtres, Paul transmet ses salutations à des membres de l’Eglise de Rome. Au moment où il a écrit cette lettre, Paul n’avait encore jamais été à Rome. Il est donc frappant de voir le nombre de membres de l’Eglise romaine qu’il salue personnellement, soit qu’il les avait connus ailleurs, soit qu’il les connaissait de réputation. La plupart de ces noms sont inconnus, mais il y en a quelques-uns desquels on peut dire plus.

Papyrus_26_-_Papyrus_Oxyrhynchus_1354_-_Bridwell_Papyrus_1_-_Epistle_to_the_Romans_1,1-16_-_verso.jpg
Fragment de manuscrit de l’Epître aux Romains

La plupart des noms cités en Romains 16 ont une consonance grecque, avec quelques noms latins, les seuls noms hébreux sont ceux de Marie (verset 6), d’Apellès (verset 10) et d’Hérodion (verset 11). On ne peut pas pour autant exclure que ces personnes étaient juives : la plupart des Juifs de la diaspora, dont Paul lui-même, avaient deux noms, un nom hébreu, utilisé à la synagogue et au sein de la communauté juive, et un autre dans la langue locale, dont ils se servaient dans leurs relations avec les non-Juifs, essentiellement pour les affaires. Dans l’Eglise, où Juifs et Gentils se retrouvaient, les croyants d’origine juive employaient leur nom courant.

Aux versets 1-2, Paul commence par recommander à l’Eglise de Rome une chrétienne qui s’est peut-être installée à Rome à ce moment-là et accompagnait le porteur de la lettre : Phœbé, diaconesse de l’Eglise de Cenchrées. La description élogieuse que l’Apôtre fait de cette femme montre qu’elle jouissait d’une excellente réputation. C’était probablement une de ces femmes aisées qui soutenaient matériellement le ministère de Paul. La ville de Cenchrées est voisine de Corinthe. C’est un indice qui montre que l’Epître aux Romains a probablement été écrite à Corinthe.

Priscille et Aquilas (versets 3-5) sont connus : il s’agit d’un couple juif originaire du Pont (au Nord de la Turquie actuelle), fabricants de tentes comme Paul, qu’il avait connus à Corinthe après qu’ils aient dû quitter Rome au moment de l’expulsion des Juifs de la ville par l’Empereur Claude.[1] Le texte biblique ne précise pas s’ils étaient déjà chrétiens au moment de leur première rencontre avec l’Apôtre, mais on peut supposer que oui, ou bien qu’ils se sont convertis très rapidement, puisque peu de temps après, on les voit collaborer à l’œuvre missionnaire. Romains 16 nous apprend qu’ils sont retournés à Rome et accueillaient une assemblée chrétienne dans leur maison. On ignore dans quelles circonstances ils ont risqué leur vie pour sauver Paul. Un dernier point intéressant : Priscille est mentionnée avant son mari Aquilas, ce qui est surprenant dans le contexte de l’époque et montre qu’elle était certainement plus influente que lui au sein de l’Eglise.

Epaïnète (verset 5) était un des premiers convertis à Christ par le ministère de Paul en Asie (l’Ouest de l’actuelle Turquie anatolienne, dont la capitale était Ephèse).

Au verset 7, Paul salue Andronicus et Junia(s), qu’il appelle ses « parents » ou « compatriotes » (voir paragraphe suivant) et ses « compagnons de détention », qu’il décrit comme « très estimés parmi les apôtres », précisant qu’ils « se sont même convertis à Christ avant moi ». Ce verset pose un problème de traduction : s’agit de Junias (un homme) ou de Junia (une femme) ? En grec, le genre se détermine par l’accentuation et les manuscrits de l’Ancien Testament ne comportent pas d’accent. Cet article, de Valérie Duval-Pujol, récapitule le débat et montre que les manuscrits accentués les plus anciens, ainsi que tous les Pères de l’Eglise et l’ensemble des plus anciennes traductions bibliques (copte, Peshitta syriaque, Vulgate latine, etc.), emploient le féminin.

Hérodion (verset 11) est appelé le « parent », ou « compatriote », de Paul. Le terme grec συγγενής (suggenês) peut avoir les deux sens. Il était probablement originaire de la ville de Tarse, comme l’Apôtre, ou, en tout cas, de la province de Cilicie.

Au verset 11, Paul salue « ceux de la maison de Narcisse qui sont dans le Seigneur ». Ce Narcisse est manifestement un personnage important, puisque Paul s’attend à ce qu’il soit connu de tous. Ce n’est pas un chrétien qui accueillait une église dans sa maison, puisque tous ceux de sa maison ne sont pas chrétiens. Il pourrait s’agir de Narcisse, directeur de la fonction publique et homme de confiance de l’Empereur Claude, qui était déjà mort au moment de la rédaction de l’Epître, mais dont la maison subsistait peut-être encore. Comme tous les Romains de son rang, Narcisse, qui était lui-même un affranchi, possédait un grand nombre esclaves, dont certains étaient chrétiens. Ce sont eux que Paul salue ici.

Et qu’en est-il de « ceux de la maison d’Aristobule » (verset 10) ? Cet Aristobule est inconnu. Contrairement à Narcisse, il semble que Paul salue toute sa maison, donc qu’ils étaient tous chrétiens, lui y compris. Cela inclut donc sa famille.

Au verset 12, Paul salue encore trois femmes, Tryphène, Tryphose et Perside. La place accordée aux femmes dans ses salutations montre qu’elles jouaient un rôle important au sein de l’église romaine.

Au verset 13, il salue Rufus et sa mère, « qui est aussi la mienne ». La mère et le frère de Paul étaient-ils membres de l’église de Rome ? C’est peu probable : dans ce cas, pourquoi ne salue-t-il pas directement « ma mère et mon frère Rufus » ? Il s’agit plutôt d’une femme tellement chère au cœur de Paul qu’il la considère comme sa mère. Rufus était peut-être le fils de Simon de Cyrène (Marc 15:21), que Paul aurait pu connaître à Jérusalem dans leur jeunesse.

Hermas (verset 14) pourrait être le futur auteur du Pasteur d’Hermas, un écrit très populaire dans l’Eglise primitive, que certains ont voulu inclure au Nouveau Testament. C’est ce qu’affirme Eusèbe de Césarée dans son Histoire ecclésiastique.

Les autres noms sont inconnus, mais chacun d’eux était connu de Paul… et de Dieu !

[1] Actes 18:1-3

Publicités

1 réflexion au sujet de “Qui sont les chrétiens de Rome que Paul salue en Romains 16”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s